la vie des unités militaires

les journaux de marche


    - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:37

    Les 100 ans du 35 RAC

    J'ai réussi à retrouver pas mal de documents me permettant de faire l'historique du 35e RÉGIMENT D'ARTILLERIE de CAMPAGNE (créé à Vannes en 1873), pendant les années de la Première Guerre Mondiale.

    Le chef de corps est le Colonel Ely et son adjoint le lieutenant-colonel Juge et comporte 9 batteries de 4 canons le fameux 75 de 1897 et leurs chevaux.

    Après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France en date du 3 août 1914, le régiment stationné à Vannes se prépare ainsi que les autres régiments affectés à la 22ème Division d' Infanterie et qui font partie du 11 ème Corps d'Armée.

    Les 8 et 9 août 1914 c'est l'embarquement dans les trains en gare de Vannes, à destination des frontières du Nord Est.

    L'itinéraire est le suivant : Vannes - Redon - Nantes - Angers - Le Mans - Rambouillet - Juvisy - Meaux - Le Fère en Tardenois - Reims et l'arrivée en Argonne à Autry et Grand Pré (sud Ardennes)

    Le 9 août, débarquement des 1er Groupes et cantonnements à Autry, Ternes et Grand Pré (sud Ardennes)

    Le 10 août, débarquement des autres Groupes à Autry et cantonnements à Boult aux Bois et Olizy.
    Tous ces cantonnements se situent à l'Est et Sud Est de Vouziers, près de la Forêt de La Croix aux Bois.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:40

    Je précise mes sources ; ce sont des Journaux de Marche et Opérations que l'on peut voir sur Mémoire des hommes .

    Le 11 août, le 11ème Corps se rapproche de la Meuse en 2 colonnes ; à gauche la 21ème Division et à droite la 22ème. (Ils sont au sud de Sedan et pas loin de Bazeilles 1870 mauvais souvenir, mais y pensent ils , ce n'est pas noté).
    Les cantonnements se font à Oches et St Pierremont et le QG un peu plus bas, à La Croix aux Bois.
    La 6ème batterie qui a cantonné à Olizy,rejoint le 2 ème Groupe à Oches.

    Les 12 et 13 Août Pas de mouvement mais manoeuvres et promenade des chevaux .
    Un avion vient survoler, un biplan avec une croix noire (on y trouve le dessin de la croix).

    Le 14 août l'avance vers la Meuse continue par La Besace et Yoncq (sud est de Mouzon).
    Cantonnement de l'avant garde; 116e RI et Cie du Génie et AD 22 avec 62e RI et 44ème Brigade.

    Le 15 août Itinéraire par Raucourt, Flada, Hauraucourt, Thélonne, Bulson.
    Sous la pluie, avec de pentes raides.

    Le 16 août Passage de la Meuse par Pont-Maugis, Remilly, Douzy (passage de la Chiers)
    Le 11ème Corps est rattaché à la IV ème Armée .
    La 5ème batterie du 35 part en alerte, cantonner à Muno, par Poury St Remy et Messicourt
    Elle est en Belgique.

    Le 17 août Cantonnements à Givonne, Pouru St Remy,Francheval,
    Rassemblement du 116è RI et 118è RI à Pouru St Remy .
    Reconnaissance pour positions de batteries et la 5 ème qui revient à Escombres .

    Les 18 et 19 août Pas de mouvement mais reconnaissance en Belgique (Dohan et Cugnon) à l'est de Bouillon.
    Le 11ème Corps tient ce secteur entre les rivières Chiers ( France ) et Semoy (Belgique)

    Le 20 août Pas de mouvement.

    Je rappelle que vous pouvez suivre ces mouvements ainsi que ceux de l'Armée allemande sur le sujet 14/18
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:41

    Le 21 août, le XIème Corps pénètre en Belgique à travers le massif des Ardennes. Le plateau au nord de la Semoy est atteint par Bouillon.

    " Marche de la 22 D sur Dohan et Auby. Le 2e Groupe se rend avec la 43ème Brigade ( 62 RI et 116 RI ) à Bertrix
    Cantonnements QG 22 à Auby, 2e Groupe à Bertrix, les 1er et 3ème G bivouaquent entre Les Hayons et Auby ".

    On sait que les Allemands occupent les bois au nord de Paliseul. Un peu plus de 10 km.

    On engage bientôt la bataille de Maissin, comprise dans la Bataille des Frontières.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:42

    Force allemande en présence :
    La 25ème Division du 18ème Corps d'Armée dans la IVe Armée du Duc de Wurtemberg (115e, 116e, 117e,118e et 168e IR )

    22 Août 1914 " La 22 D est dirigée vers Paliseul et Maissin

    Itinéraire : Auby, La Cornette, Bellevaux. Le détachement de Bertrix rejoint la division à Paliseul.
    L'avant garde de la division (1er g) rencontre l'ennemi à Maissin, engagement de l'AD22

    3ème groupe ferme Bellevue (7e et 8e batteries)
    1er groupe à droite vers Paliseul Maissin
    2éme groupe à droite du 1er g

    Le 3ème groupe souffre du feu de l'infanterie et artillerie ennemie
    Capitaine Galotti tué, capitaine de La Garde blessé, la 6e batterie à droite du 2ème groupe est surprise par l'infanterie allemande, capitaine Parmentier est blessé, sous lieutenant Meneur blessé et disparu
    et 6 pièces de la 6e batterie abandonnées.

    Lieutenant Phéllion, adjoint de l'AD22, envoyé à l'engagement en liaison avec le 19e RI entre à Maissin avec ce régiment. Y passe la nuit.

    Lieutenant Phéllion, adjoint de l'AD22, envoyé à l'engagement en liaison avec le 19e RI entre à Maissin avec ce régiment. Y passe la nuit.

    Retraite de l'AD 22 sur Paliseul, puis sur Bouillon.
    L'EM AD 22 se rend à Bellevaux, point indiqué par le CA pour l'AD 22.
    On ne trouve à Bellevaux que l'échelon de la 2e batterie.

    L'EM AD 22 rejoint Bouillon par Bellevaux et le Carrefour des 5 routes.

    Les Groupes sont retrouvés à Bouillon ".

    Tout ceci est tiré du JMO du 35 RAC en date du 22 août 1914, mais en fouillant dans d'autre sources comme celles du "Mauron de Brocéliande 35 RAC ", on s'aperçoit que le 19e RI sous les ordres du colonel Chapès, a anticipé l'attaque sur Maissin, sans appui feu du 35 et pour finir, c'est justement les 7e et 8e batteries à la ferme de Bellevue qui payent les frais de cette erreur tactique.

    J'ai le témoignage du petit fils d'un fantassin du 116e RI de Vannes, qui écrit sur son carnet :

    "Samedi 22 août, Maissin... Maissin ! Triste nom : tu resteras à jamais gravé dans ma mémoire"


    Cette bataille est le baptême du feu pour le jeune caporal de 21 ans : Jean Marie Rio. Il poursuit :

    "Il est peut être 3 h lorsque le chef de bataillon P nous donne l'ordre d'aller se placer comme soutien d'une batterie d'artillerie dont le chef et ses hommes sont tués (...) Derrière un caisson, est assis, mort, un artilleur, on dirait une statue de marbre, un autre a le crâne défoncé par un éclat d'obus, dans la tempe, un trou à y mettre le poing et d'où s'échappe un filet de sang.

    Le capitaine de la batterie est étendu, la face contre terre, à côté d'une pièce. Il tient encore ses jumelles dans la main droite.

    Ah ! il faut avoir assisté à un combat comme celui là, pour comprendre combien injuste et horrible est la guerre. "


    C'est donc suite à ce récit, que mon correspondant : Jean Yves Rio m'a expliqué que la faute incombait à ce colonel Chapès du 19è RI.
    "S'il s'était conformé aux ordres, Chapés aurait sans doute permis d'éviter le sacrifice inutile de dizaines (voire centaines) de soldats.
    Galotti 7e batterie anéantie, la 8 (de La Garde) touchée, mais mieux protégée par sapins, peut appuyer les fantassins, mais la 9e trop basse, peu efficace ".
    "A Anloy, 4 km à l'est de Maissin, vers 16 h, le 116e IR (allemand) lors de l'assaut du bois de Hautmont (sud de Maissin) s'acharne sur une batterie française tirant à courte distance. 6e batterie du 35 RAC, cap Parmentier, du 2e Groupe : commandant Servignat ".

    Voilà donc, cette journée d'enfer que vécurent nos soldats ce 22 août 1914 à Maissin, sans parler des atrocités commises par certains soldats allemands sur les populations civiles.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:43

    23 août 1914 " Occupation de positions sur la rive gauche de la Semoy, pour surveiller les hauteurs de

    la rive droite. 2e groupe à l'ouest de la vieille route de la chapelle .
    3e groupe à la ferme des mouches, et 1er groupe vers la chapelle.

    Le soir, les groupes et l'EM AD22, cantonnent à Bouillon.

    Le lieutenant Phéllion, disparu à Maissin, rejoint l'EL AD22. "

    24 août 1914 " Retraite de l'AD22 sur Sedan par Corbion.

    Le 1er g envoyé le matin à Curfoz avec l'arrière garde, rejoint ensuite la colonne de la
    division.
    Reconnaissances de positions vers Curfoz par les 2e et 3e groupes,pas d'occupation.
    L'EM AD22 et les 3 Groupes cantonnent à Frénois. (sud de Sedan)

    Reconnaissance de position de batteries sur la rive gauche de la Meuse.
    Rupture des ponts ".


    25 août 1914 " AD22 prend position ; 1er G côte 307, 2e G près du bois de la Marfée (sud de Frénois)
    et le 3e G à l'ouest de Frénois.

    Lutte d'artillerie à laquelle prend part le 2è G, 3 obus d'artillerie lourde reçus en fin de
    journée par le 3e G ( un caisson de la 7è batterie détérioré par un éclat).

    Nuit du 25 au 26, 1 pièce (adj Paulet) envoyée à Torcy, pour détruire la maison occupée
    par des tirailleurs ennemis ".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:43

    26 août 1914 " Reprise de la position de la veille.

    2 batteries du 28 RAC (groupe Lasne) adjointes au 3e G sur position à l'ouest de Frénois
    surveillant la presqu'île d'Iges et les abords de Donchery.

    Tir sur artillerie ennemie au nord de Donchery. Infanterie ennemie ayant pénétré par la
    presqu'île d'Iges, signalée à Bellevue.
    Avant trains arrivés, batteries de Frénois dirigées sur Cheveuges.

    Retraite générale ordonnée sur Chemery et Malmy

    1er et 3e groupes position vers l'Espérance, 2e groupe se rassemble à Chemery,
    puis 3 è groupe dirigé sur Chemery puis sur Bulson.

    Le soir les 3 groupes cantonnent à Malmy ".

    On voit d'après ce journal de marche que l'Armée Française recule nettement et que la pression
    allemande s'intensifie .


    27 août 1914 " Reprise par le 1er groupe de la position de l'Espérance.
    2e groupe en position d'attente sur route Chemery Cheveuges et 3e groupe à Malmy.

    Les 2 et 3è groupes dirigés sur Bulson, à la disposition de la 44ème Brigade et mise
    en batterie au sud de Bulson, avec la plus grande partie de l'artillerie du 11e Corps

    Tir sur infanterie ennemie sur crête entre Bois de la Marfée et Noyers Pont Maugis.

    Le général commandant le 11e CA annonce : "Victoire générale sur toute la ligne"

    Bivouac 1er groupe à l'Espérance, 2 et 3e groupes sur crête sud de Bulson.
    EM AD22 sur crête sud de Bulson ".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:44

    28 août 1914   "  Reprise des positions : 1er groupe à l'Espérance, 2è groupe côte 299 puis ferme St Quentin, 
                              3e groupe sud de Bulson, fortement contre battu par artillerie de campagne et artillerie lourde.

                               Ce soir, ordre de retraite générale sur Vendresse "

                               2e canonnier conducteur Potier ;  tué à l'ennemi - Mort pour la France.


    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:45

    29 août 1914 "Nuit du 28 au 29, retraite par Vendresse, 1er groupe cantonne à Marquigny, 2e et 3e
    groupes à Louvergny.

    Le soir, ordre de changer de cantonnements; 1er bivouaque vers Lametz, 2 et 3 entre
    et Marquigny. L'EM AD22 à Marquigny.

    30 août 1914 La 22ème Division est dirigée sur Ecordat par Tourteron, mais à La Sabotterie, rencontre
    de l'ennemi. Retraite sur Day, Chemuy, St Lambert, Charbogne.

    Recherche de positions vers Charbogne, retraite sur Attigny.

    Cantonnements ; 1er groupe à Coulommes avec le 3 è.
    2e groupe, EM AD 22 (avec EM 22D) à Ste Vaubourg."

    NB : On est au sud de la rivière Aisne, à l'est de Rethel, et nord ouest de Vouziers

    31 août 1914 " La 22 D prend position entre Pauvres et la route Attigny Sommepy
    1er et 2e groupes avec 43ème Brigade, en position à crête 187
    3e groupe vers Dricourt.
    EM AD22 à Dricourt, 1er et 2e groupes couchent sur position.
    Pas de tir.

    Nous sommes à la fin du premier mois de guerre et tous ces soldats ont vécu des moments très
    durs, ainsi que les populations belges et ardennaises, au moins en ce qui concerne les secteurs
    cités ici, qui subissent le joug des envahisseurs, au fur et à mesure que les régiments français
    reculent.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:45

    Avant de passer en septembre, je voudrais citer, quatre noms de courageux soldats, (mais ont-ils eu le choix ?), tués à Maissin le 22 août, sur base de renseignements lus dans : mémorial Genweb 35 RAC.

    Galotti Marie Joseph Paul, né le 30 janvier 1887 à Monaco, matricule : A 176384 - capitaine, commandant la 7ème batterie dans le 3e groupe du 35 RAC.
    A sa propre sépulture à la Nécropole de Maissin.

    Meneur François Marie, né le 22 février 1888 à Guilers (Finistère), sous-lieutenant,
    tué à l'ennemi, inhumé au Cimetière militaire de Maissin

    Thébaud Pierre Marie Georges, né le 21 août 1893 à Vigneux (Loire Atlantique)
    canonnier, matricule : A 556717 a été porté disparu.

    Potier Yves Marc Pierre Marie, né le 3 Décembre 1892 à Trémeven (Finistère)
    2e canonnier-conducteur tué à l'ennemi à Bulson (Ardennes) le 28 août 1914
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:46

    1 septembre 1914 " Mêmes positions. 1er et 2e groupes, pas de tir. Le 3e groupe vers Dricourt.

    Le soir, retraite sur Machault , Bétheniville sous protection du 3e groupe qui tire de
    position de repli, au sud de Dricourt.

    Cantonnement EM AD 22 à Bétheniville, les groupes à St Hilaire le Petit .

    2 septembre 1914 " 2e groupe à Bétheniville avec 116e RI fermant arrière garde.

    Retraite de la 22ème Division de Bétheniville sur Moronvilliers

    3e groupe prend position au S de Moronvilliers
    1er -------------------------au SE de Morinvilliers
    le 2e groupe se retire avec 116e RI et prennent position à droite du 3e.

    Le soir, attaque de Morinvilliers par les Allemands, combat d'artillerie.
    Le 1er g éprouve des pertes: 1 canon mis hors de service.
    Le 3è g appuie le 62è RI en position avant de Morinvilliers, lutte avec artillerie
    ennemie.

    Retraite vers Prosnes - Cantonnement EM AD 22 et groupes à Prosnes. "

    NB. Cette fois, nous sommes dans la Marne, (département) à 20 km Est légèrement Sud de Reims.


    3 septembre 1914 " Marche de la Division de Prosnes sur Mourmelon La Veuve

    1er et 2e groupes désignés pour appuyer flanc garde sur rive droite de la Vesle;
    1 en position près de Bouy, puis entre Bouy et la Veuve,
    2 en position à Louvercy puis vers Les Loges

    Cantonnement le soir à La Veuve pour les 1 et 2 groupes, le 3 passe la journée et
    cantonne le soir à Juvigny. EM AD 22 cantonne à La Veuve.

    NB : On est presque à la Marne ( le fleuve cette fois) au Nord de Châlons en Champagne, près de la
    RN 44, une route par laquelle je suis souvent passé en camion, sans penser à tout cela.
    (Quelle honte)
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:46

    Je me dis que, du fait d'être en recherche sur ce sujet, cela serait bien de le faire sur les lieux mêmes ou ces événements se sont déroulés.

    Je vais pouvoir me rendre à Lenharée, les Marais de St Gond, et le Château de Mondement lorsque je serai chez Alice (ma fille) à Sommesous, (mais pas à la bonne date), des endroits ou le 35 RAC s'est illustré lors de la 1ère bataille de la Marne. On s'en approche.

    Je précise que le dimanche 27 avril 2014, profitant d'un séjour en camp de Suippes, le 35 RAP a organisé une cérémonie sur ces lieux, en l'honneur de nos combattants, en collaboration avec les municipalités.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:47

    Il est bon de savoir que ces derniers jours d'août 1914, le général Joffre appelle d'urgence le général Foch (chef du 20ème Corps) pour lui confier le commandement de la IX ème Armée, nouvellement formée.

    Il demande à être secondé par le lieutenant colonel Weygand (second du 5e Hussards).

    Ainsi, le 11ème Corps passe en totalité dans cette IXème Armée, et voilà donc le 35e régiment d'artillerie sous le commandement de son ancien chef de corps.

    4 septembre 1914 " La 22 D marche sur Matougues, St Pierre aux Oies, Thibie.
    4e et 5e batteries en position au sud de Matouges avec arrière garde, tir de barrage
    sur rive droite de la Marne.

    1er groupe et 6ème batterie prennent position de repli en arrière. 3e groupe rassemblé à
    Thibie.

    Reconnaissance de l'EM AD22 vers Villers aux Corneilles et route de Châlons.

    Retraite sur Soudron et cantonnement EM AD22 et groupes à Soudron.

    5 septembre 1914 Marche de Soudron vers Sommesous par Vatry.
    3e groupe prend position au nord de Sommesous.
    Reconnaissance de l'EM AD22 vers 209-206 Montépreux.

    Cantonnement EM AD22 à Montépreux."

    A la date du 5 septembre, la IXème Armée du général Foch comprend, sur un front de 50 km,
    s'étendant des Marais de St Gond, à l'ouest, jusqu'à la rive de la rivière Somme, en aval de Sommesous,
    à l'est, la 42ème Division d'Infanterie, le 9ème Corps, le 11e Corps, la 9ème division de Cavalerie,
    et la 18ème division venant de Troyes en renfort.

    Le 11e Corps est sur la droite du dispositif, à hauteur du Camp de Mailly, et séparé de la IVème Armée par la 9ème division de Cavalerie.

    Source ; Le bulletin de l'Amicale du 35e RAP, sous la plume du colonel Michel Sauvée.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:47

    Le général Joffre, commandant en chef des Armées, lance son fameux appel du 6 septembre 1914, afin

    de relancer l'énergie de ses combattants, leur demandant de ne plus reculer , mais au contraire
    d'avancer et cela....même au prix de leur vie.
    . " Aucune défaillance ne peut être tolérée ".

    6 septembre 1914 " EM AD22 de Montépreux à Connantray. 1 et 2è groupes en batterie à Lenharée.
    Lt colonel envoyé à 209( arbre de pierre des vignes) avec détachement:
    1 bataillon du 336 RI, 3è groupe du 35 RAC, 1 peloton du 2 è Chasseurs à cheval.

    Mission; surveiller direction du nord,spécialement route de Châlons Sommesous.

    la nuit passée en position."

    7 septembre 1914 " 1er et 2è groupes conservent positions à Lenharée. EM AD22 à Connantray.

    Combat de Lenharée "

    Le 2e groupe subit un feu particulièrement violent d'artillerie, de batteries de 77
    et 150 allemandes.

    " Détachement de 209 disloqué et mis sous les ordres de la 60ème division
    ( dite de réserve).
    colonne 336 vient à 209."
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:48

    Je peux ajouter que ce 7 septembre 1914, le village de Lenharée fut détruit, incendié et on y déplora de nombreuses victimes civiles, dont le maire ; Mr Ernest Félix.

    Le 8 septembre 1914 " Surprise des 1 et 2e groupes à Lenharée. Le 2e g perd ses canons, se retire sur Montépreux

    et Herbisse (Aube). 3e g en retraite sur Montépreux avec la 60ème Division, prend position

    au sud de Montèpreux, et retraite de la 60 D (réserve) sur Sommesous et Mailly (Le Camp)

    Le 3e groupe dirigé sur champ Grillet (détaché de la 60 D)

    EM AD 22, 1 et 3e groupes à champ Grillet."


    A 3h 25 du matin, les batteries du 2e g subissent un nouveau violent tir d'artillerie, de même que le village

    dont la partie ouest est en feu, et vers 4h 15, les fantassins ennemis, de la division de la Garde, débouchent

    des bois de toutes parts et envahissent les positions.

    Les canonniers se défendent avec leurs mousquetons, mais ne peuvent endiguer l'attaque. Ils sont dans

    l'obligation d'abandonner leur matériel. Seuls 2 canons sont sauvés, l'un à la 4ème batterie, l'autre à la 6 .

    Le régiment, fidèle à l'ordre du commandant en chef, a opposé une belle résistance, mais a, subi des pertes

    sérieuses. En octobre, le 2e groupe sera cité à l'ordre du 11e Corps, du fait de ce combat en position assez avancée.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:48

    Le 9 septembre 1914 " Les 1er et 3è groupes prennent position au sud de Semoine.
    Lutte d'artillerie avec artillerie allemande au nord de Semoine.
    Le soir attaque allemande sur Gourgançon, le 3e g participe au combat".

    Un ordre d'offensive générale est lancé en ce jour du 9 septembre 1914.


    Le 10 septembre 1914 " Marche en avant de la Division sur Montépreux.

    le 1er g prend position au sud de Montépreux, à sa gauche un groupe de AD 60,
    (adjointe de AD 22).

    Tirs sur Haussimont et Sommesous, 3è g avec AD 60 vers 206
    au sud ouest de Sommesous.

    Cantonnement EM AD22 à Montépreux."

    Le 2e groupe remonté en partie, se porte sur Semoine, où une batteriede 2 pièces est
    constituée avec les 2 canons sauvés à Lenharée, et mis à la disposition du 3e groupe.

    Cette fois, ça y est, on ne recule plus, mais on a réagi et on avance.
    Quelle volonté et quel courage !
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:49

    11 septembre 1914  "  Ce matin, tirs du 1er g sur Sommesous.  AD22 occupe Sommesous.

                                  Marche sur Châlons AD22 reconstituée et poussée en tête de la Division.

                                  Cantonnement à Nuisement "

                      Le 2e groupe est reconstitué à 3 batteries de 3 pièces, et à 10 h, il reprend la marche

                      en avant et rejoint le 1er groupe.


    12 septembre 1914  "  Marche sur Châlons.   Entrée à Châlons.

                                   Positions occupées successivement ; 1er groupe rive gauche de la Marne
                                                                                      après Châlons

                                                                                     2e groupe rive droite nord de Châlons

                                                                                     3e groupe au champ de tir

                                 Cantonnement AD22 et groupes à St Etienne au Temple "

                C'est un bond de plus de 30 km que vient de faire la division, mais bien sûr d'autres
                facteurs du recul des Allemands ont aidé à cette progression.
                Le champ de tir du 3e groupe est celui de la Folie, à l'est de Châlons.

    Déclaration du général Joffre le 10 septembre 1914 à l'issue de "La Bataille de la Marne"

    "Le général en chef vous a demandé, au nom de la Patrie, de faire plus que votre devoir :

    vous avez répondu au delà même de ce qui paraissait possible. Grâce à vous, la victoire est

    venue couronner nos drapeaux. Quant à moi, si j'ai fait quelque bien, j'en ai été récompensé par

    le plus grand honneur qui m'ait été décerné dans ma longue carrière :

    celui de commander des hommes tels que vous."

    Hommage du généralissime français à ses troupes et comme quoi, il en est incontestable de ce fait, une remarque faite par le général Helmuth von Moltke (neveu du Maréchal von Moltke, vainqueur de Sedan en 1870), chef d'état major, auteur du plan Schlieffen, (échec) qui disait ceci :

    " Que des hommes ayant reculé pendant 10 jours, à demi morts de fatigue, aient pu reprendre le fusil et attaquer au son du clairon, c'est une chose avec laquelle nous n'avions pas appris à compter, une possibilité dont il n'avait jamais été question dans nos écoles de guerre."

    Ah ! orgueil et prétention, quand tu nous tiens n'est ce pas Guillaume II...
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:52

    13 septembre 1914 " Marche sur Suippes. ennemi à Suippes.
    1er groupe en batterie ferme de Piémont, 3e g en batterie au sud de Suippes
    Tirs sur Suippes. Tirs sur crête et bois au nord de Suippes, à l'ouest de la route
    Suippes Souain.

    Cantonnement EM AD22 ferme de Suippes ".

    Le 2e groupe lance , dès 6 h du matin, des reconnaissances au nord de Châlons, et
    cantonne, le soir, au sud est de Suippes.

    14 septembre 1914 " La 22ème Division occupe ligne ; Ferme des Wacques - ST Hilaire le Grand
    résistance ennemie au nord de la Ferme des Wacques,
    1er groupe en position au nord de la Suippe ( rivière)
    2e ----------------------------------------- à gauche du 1er
    3e groupe à gauche et en arrière du 1er.

    Bivouac des groupes sur rive gauche de la Suippe
    EM AD22 à la Ferme de Jonchery. "

    Les groupes du 35 RAC, depuis la Ferme des Wacques, pris à partie par des obus
    de gros calibre.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------
    15 septembre 1914 " Mêmes positions pour 1er et 2e groupes, le 3e g se place à droite du 1er.
    Tirs sur tranchées au nord des Wacques sur côte 160, sur batteries ennemies,
    visibles par globes de fumée.

    Tir de 105 ennemi bien réglé sur observatoire du 1er groupe.

    Le soir groupes bivouaquent sur rive gauche de la Suippe.
    EM AD22 à le Ferme de Jonchery ".


    16 septembre 1914 " Mêmes positions, mais EM AD22 à le Ferme de Suippes,
    un groupe du 28 RAC, en position à gauche du 2e groupe du 35 RAC ".


    17 septembre 1914 " Mêmes positions. Une batterie du 28 RAC adjointe au 3e groupe du 35 RAC.
    nuit du 17 au 18, ordre de départ pour Moumelon, Sept Saulx, Ludes".

    Cette fois, on fait mouvement plein ouest, à 10 km au sud de Reims, à l'orée de la
    Forêt de la Montagne de Reims.

    ------------------------------------------------------------------------------------

    18 septembre 1914 " EM AD22 cantonne à Ludes, les groupes à (?) "

    19 septembre 1914 " EM AD22 cantonne à Rilly la Montagne, groupes à Chigny "

    20 septembre 1914 " 2e et 3e groupes avec Division Marocaine à Sillery, tir du 3e g sur Ferme d'Alger
    le soir, le 2e g rappelé, 3e g reste seul avec Division Marocaine
    EM AD22 à Rilly".

    21 septembre 1914 " EM AD22 à Rilly, le soir, départ de la D et 1er et 2e g pour Chambrecy "

    22 septembre 1914 " Arrivée à Chambrecy de l'EM AD22 dans la nuit du 21 au 22
    Les 1er et 2e groupes cantonnent à ( ?)
    départ dans la journée pour Mareuil ou cantonne EM AD22, 1er et 2e g à Loupeigne".

    Sillery est un petit village près de Reims et du célèbre Fort de la Pompelle, sur la N 44 de Reims
    à Châlons, une route que j'ai souvent empruntée et toujours eu un oeil sur ce Fort, sans toutefois
    m'y arrêter .
    Toujours plus vers l'Ouest, nous sommes dans le département de l'Aisne, à 24 km au Sud Est de Soissons .
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 19:55

    23 septembre 1914 " Cantonnement EM AD22 à Missy aux Bois.
                                Les groupes à L'Echelle, où rejoint le 3e groupe".

    24 septembre 1914  " Pas de mouvement ".

    24 septembre 1914  " Cantonnement EM AD22 et 3e groupe à Compiégne.

    26 septembre 1914  " AD 22, avec les TC des 2 divisions, et les 2e escadrons divisionnaires, fait route de
     
                               de Compiègne à Montigny en Chaussée.

                               Cantonnement à Montigny en Chaussée"

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    27 septembre 1914 "Route de l'AD22, avec les TC, de Montigny en Chaussée vers Moreuil et Thennes.

                               Cantonnement à Thennes "

                      On est entré dans le département de la Somme, entre Montdidier et Amiens.

    28 septembre 1914 "EM AD22 rejoint EM 22 D à Baizieux, 3e groupe envoyé à Bouzincourt

                               1er et 2e g dirigés sur côte 142, liaison avec divisions territoriales.

                               1er et 2e g n'ouvrent pas le feu, n'ayant pu entrer en contact avec troupes

                              de la 22  D.

                              Cantonnement 1er et 2e g à Englebelmer, EM AD22 à Bouzincourt "

    29 septembre 1914 "1er et 2e g prennent positions au nord de Mesnil, 3e g vers Hamel

                               positions occupées la nuit.

                              QG 22 D et EM AD 22 à Englebelmer "

    30 septembre 1914 "Mêmes positions" .

                 Ici, nous sommes entre 8 et 10 km au nord d'Albert et 28 km au sud d'Arras.
                 Et on y est pour un moment.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Quelques noms d'artilleurs, du 35 RAC, Morts pour la France

    BORGET  mdl, tué le 2 septembre 1914 à Moronvilliers (Marne)

    MEVEL Jean Marie Louis  né le 5 juin 1892 à Plounévézel (Finistère) canonnier servant
                         Mort le 19 septembre 1914 à Arcis sur Aube (Aube)

    FUSTE Joseph né le 2 mars 1891 à Perpignan (Pyrénées-Orientales)canonnier servant
                          Mort le 16 septembre 1914 à l'Hôpital bénévole néerlandais 6 bis de Neuilly

     FURCI Pierre  maréchal des logis, mort le 27 septembre 1914 à Cheveuges (Ardennes)

     DUPUY Robert né le 12 janvier 1895 à Marissel (Oise) Mort à l'hôpital de Vannes (Morbihan)
                                 le 1 septembre 1914


     CLECH Auguste Yves Marie né le 13 septembre 1891 à Carhaix (Finistère) maréchal des logis
                              Tué le 2 septembre 1914 à Prosnes (Marne)


    BILLAUD Maurice Georges Henri né le 27 novembre 1893 à Fontenay le Comte (Vendée)
                               canonnier servant , mort le 20 septembre 1914 à Montargis (Loiret) hôpital


    CHEMILLE Nicolas né le 23 novembre 1891 à Lothéa (Finistère) canonnier servant
                             Tué le 8 septembre 1914 à Montépreux (Marne)

    [b]CHAGNEAU Louis Marie Joseph
    matricule 4459, canonnier servant 2e batterie. Tué
                              Tué le 2 septembre 1914 à Moronvilliers (Marne)

     BILLAUD Augustin Léon Alphonse, né le 25 mars 1889 à St Florent aux Bois (Vendée) 
                  MDL, matricule ; A352097, tué le 8 septembre 1914 à Lenharrée (Marne)

     BENOIST Henri Alphonse, né le 30 juillet 1891 à Paris  canonnier, mat A112766
                    blessé, évacué et mort à Orléans le 16 septembre 1914.

     CHASSERIO Eugène Emile, né le 10 mai 1889 à Guérande ( Loire Atlantique)
                       mat A165762, canonnier, malade et mort à Paris (hôpital) le 25 août 1914.

     HUGRON Jean Marie, né à St Nicolas de Redon (Loire Atlantique)
                   maréchal ferrant mat A 157327, blessé le 8 septembre 1914 mort le 16 septembre 1914 
                   à Nanteuil le Haudouin ( Oise) 

    LE MOULLEC Jean, né le 22 octobre 1888 à Camors (Morbihan) mat A119673
                       grand canonnier, blessé et mort à Connantray (Marne) le 7 septembre 1914.

    TILLY Henri François Marie, né le 7 juillet 1893 à Herbignac (Loire Atlantique) canonnier 
                             mat A9439  tué à Normée Lenharrée (Marne) le 8 septembre 1914.

    PADIOU Gustave Eugène Henri Marie, né le 11 décembre 1888 à St Philibert de Grand Lieu
                         (Loire Atlantique) canonnier conducteur, mat A361545 
                          tué à Connantray (Marne)le 7 septembre 1914.

    TABOURIN Eugène, né le 8 octobre 1875 à Milly la Forêt (Essonne)* mat A362264 
                                tué à Lenharrée (Marne) le 6 septembre 1914.


    LIDOU Joseph, tué le 9 septembre 1914







    *A l'époque Seine et Oise
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:03

    On reste sur les mêmes positions acquises du 30 septembre, c'est à dire ; Mesnil, Hamel, Englebelmer.

    1 octobre 1914 " Mêmes positions

    2 octobre 1914 " """ . Le général Bouyssou prend le commandement de la 22ème Division "

    Il remplace le général Pambet.

    3 octobre 1914 " Mêmes positions . Un groupe du 28 RAC à gauche du 3e groupe du 35. "

    4 octobre 1914 " """"" . Dans l'après midi, 2e g puis reste du 1er g poussent vers Authuille.

    Les divisions territoriales attaquées vers Puisieux, cèdent.

    Rappel du 1er groupe sur rive droite de l'Ancre et prend position dans le parc de Mesnil ".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:06

    Je reviens un peu sur le mois d'octobre pour citer les derniers soldats morts (à ma connaissance).

    Il apparaît que cette période de position, retranchée pour les deux camps, soit moins meurtrière, mais, on ne sait pas tout .

    CARADEC Pierre Mathieu, canonnier venant de Fouesnant (Finistère) matricule :A 385502
    tombé malade et mort le 19 octobre 1914 à Châlons sur Marne.

    LE BENEZIC Félix Georges Marie, maître pointeur, de Nantes, né le 5 novembre 1887 mat : A 360630
    tombé malade et mort le 8 octobre 1914, en ambulance à Villers-Cotterêts (Aisne)

    LE CAMPION François Marie, canonnier conducteur, de Pont-l'Abbé (Finistère) matricule :A 360640
    blessé et mort à l'Hôpital d'Amiens (Somme), le 21 octobre 1914

    LE PAVEC Joseph, brigadier, de Vannes (Morbihan) matricule : A 119686
    mort le 10 octobre 1914 à St Pierre-lès-Bitry (Oise)

    Dans ces JMO du 35 RAC, il est mentionné pour la première fois le mot :" blockhaus".
    Or ce mot blockhaus est un mot allemand équivalant du mot anglais " blockhouse" . Ces deux mots sont issus du moyen néerlandais ; "blochuus" ( en français " blocus") qui désigne une maison forte.
    D'origine en bois ( rondins), en 1914, ils sont en béton armé et massivement utilisés par l'Armée allemande.
    Les soldats français, abrités dans des abris ... plus modestes, ont ainsi adopté le mot : " blockhaus".
    Et d'ailleurs, pour ceux qui ont vu la première partie de l'oeuvre de Maurice Genevoix, "Ceux de 14",
    à un moment donné, on voit bien la différence entre la tranchée allemande, protégée de barbelés et de sacs de sable,alors que la française n'est sous la protection que de la terre rejetée.

    3, 4, 5, et 6 novembre 1914 ......

    7 novembre 1914 " L'EM de la 22ème Division va au blockhaus Ouest d'Englebelmer ".

    -------------------------------------------------------------------------------------------------

    8 novembre 1914 ............
    9 novembre 1914 " Bombardement d'Englebelmer - Médecin Principal Galland tué "
    10 novembre 1914 " Tout le QG 22 D cantonne à Senlis avec poste de commandement à Englebelmer".
    11 novembre 1914 " On forme une section de 80 de Mortiers, rattachée au 3ème groupe".
    12 novembre 1914 ........
    13 novembre 1914 " Les batteries sont complétées à 4 pièces".
    14 novembre 1914 " Bombardement de Bouzincourt ".
    15 et 16 novembre 1914 .........
    17 novembre 1914 " Capitaine Durand rentre, va commander la 7è batterie.
    Commandant Lhost rentre, évacué de nouveau sur Amiens "
    18 novembre 1914 " Mort du lieutenant Fleury de la 3è batterie."
    19 novembre 1914 " A partir de 6h15, attaque de la 21ème Division sur Beaumont- Serre.
    La 22ème Division fait diversion sur son Front - Préparation par l'Artillerie à partir
    de 7 h - 21è D ne progresse pas. La 22è D gagne du terrain vers 141 et au nord d'Hamel.
    Les 3 groupes de l'AD22 interviennent: 1er sur Beaumont - Beaucourt.
    2è par Thiepval - 141 .
    3è sur 141 - 92 .
    Pertes du 2e groupe : 1 canonnier tué, 3 blessés, 12 chevaux tués, 12 blessés ".

    -----------------------------------------------------------------------------------------

    20 novembre 1914 ........
    21 novembre 1914 " Changement dans la répartition de l'Infanterie - 22ème Division, de Hamel exclus à
    Mieaulte inclus.- 44ème Brigade, de Hamel au bois d'Authuille. Groupement Magnan,
    du Bois d'Authuille à Meaulte - relevé pour le 23 matin".

    ---------------------------------------------------------------------------------------

    22 novembre 1914 " Poste de commandement 22ème D fixé à Bouzincourt - Les lieutenants Nicaise, Arcel, et
                               Chalumeau, désignés pour canevas directeur".

    23 novembre 1914  " Le 1er groupe vient prendre position au nord Ouest d' Albert, remplaçant le groupe
                                Saramito du 51è RA qui poursuit avec lui (rattaché au secteur Méaulte sous les ordres
                                du Commandant Bourguet, faisant office de lt colonel)".

              Alors, qui est ce CEN Bourguet ?

              Samuel Bourguet est né le 1er janvier 1864 à Berlats (Tarn), a été capitaine au 1er RA et fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 15 janvier 1907.

    En 1911, il est CEN du Groupement d'Artillerie de Rueil.

             Le 21 mars 1913, il est nommé Délégué Militaire au Pérou et revient en France à la déclaration de guerre.
             Il est l'auteur de 2 ouvrages militaires : " Préparation tactique des officiers dans un groupe d'Artillerie" (1910) et "L'économie des forces à la bataille de Ligny en 1814". (1911). En dernier, d'octobre 1914 (La Boiselle) à septembre 1915 (Tahure) : "L'aube Sanglante" ( lettres).
              En juillet 1915, il prend le commandement du 116e RI (22ème Division, celle du 35 RAC) et le 25 septembre suivant, il tombe, touché d'une balle mortelle au ventre.


              Le Lieutenant Colonel Bourguet est MORT POUR LA FRANCE.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:10

    Calme apparent à l'ensemble du 35 RAC, mais toutefois le JMO particulier du 3e groupe nous livre des petites
    interventions. Les jours précédents, la neige et le verglas sont apparus sur le secteur d'Albert.

    24 novembre 1914 "Tir du 80 de montagne sur la maison rouge de Thiepval".
    25 novembre 1914 " Destruction de la maison rouge avec le 80 M - Tirs commencés à 12h, terminés à 16h".
    26 novembre 1914 ......................
    27 novembre 1914 " Tirs sur un Drachen se levant derrière la Ferme du Mouquet.
    1er tir à 10h45, 2e tir à 11h15, 3e tir à 11h30.
    Le tir est exécuté par la 7ème batterie à côté de Bouzincourt".
    Le 3e tir terminé par un tir progressif avec fauchage oblige le ballon à descendre.
    Il n'est plus reparu depuis".

    C'est la première fois que l'on note la présence d'un Drachen sur l'AD22, et étonnant, donc qu'il
    n'y est pas une intervention de l'Aviation française, mais apparemment, les artilleurs se sont
    bien débrouillés.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------

    28 novembre 1914 ............... même rapport sur JMO 3è groupe
    29 novembre 1914 ............... //
    30 novembre 1914 ............... //

    Morts pour la France : FLEURY Léon André né le 30 novembre 1882 à Paris,lieutenant à la 3e batterie
    Tué à Englebelmer (Somme) le 18 novembre 1914.

    THOBY Théodore Marie Hippolyte[/b], né le 17 décembre 1883 à Herbignac,
    (Loire Atlantique) canonnier conducteur, 6ème batterie, matricule A20440.
    Tué à Englebelmer (Somme) le 19 novembre 1914.

    DEVALET Louis François Eugène Marie[/b], né le 10 avril 1897 à Abbaretz,
    (Loire Atlantique) canonnier conducteur. Malade sur le Front et décédé
    le 24 novembre 1914 à l'hôpital de Villers Cotterets (Aisne)

    ALIX Auguste Joseph Marie né le 28 avril 1890 à Saint Mars la Jaille
    (Loire Atlantique) canonnier servant. Malade au Front et décédé
    le 2 novembre 1914 à l'Hôpital temporaire de Compiégne (Oise)[/b]

    GIRAUD Constant canonnier mort le 4 novembre 1914

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Il suffit de se brancher sur les JMO ( journaux de Marche et Opérations) des unités recherchées et lire , mais parfois c'est assez difficile, car écrit petit, ou moins lisible selon l'opérateur, mais c'est très intéressant et assez émouvant de voir une écriture d'un homme qui n'est plus.

    Je suis également en train de vous préparer un sujet sur un autre petit fils du Maréchal Foch.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    1 décembre 1914 Journal du 3è groupe
    " Le commandant de groupe recherche des positions de batteries pour le 80 de Montagne
    dans le Bois d'Authuille à 141 ".

    2 décembre 1914 Journal du 3è groupe
    " Ecole à feu du 80 de M (12h) Tir de but en blanc devant le général de 22ème D.
    Reconnaissance par un officier des tranchées nouvelles sur 141

    Journal du 35 RAC " Commandant Lhoste rentre"

    3 décembre 1914 "Le 80 de M est mis à disposition de l'Infanterie pour agir par pièce isolée".

    Journal du 3è groupe
    " Le Commandant Lhoste reprend le commandement du groupe"

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------
    4, 5, 6, 7 décembre 1914 Journal du 35 RAC : rien
    Journal du 3e groupe

    4 décembre 1914 " Tir du 80 de M sur une tranchée à une mitrailleuse, tranchée détruite et évacuée,
    mitrailleuse détruite.
    Tir de la section d'Authuille sur le principal luisant de Thiepval, par ordre du général
    de la 44 ème Brigade".

    5 décembre 1914 " Tir du 80 de M sur une tranchée à un poste d'observation.
    Tir de la section d'Authuille sur une tranchée.
    Le groupe reçoit l'ordre de prendre toutes les dispositions pour parer à une attaque
    allemande (une relève ayant lieu à Thiepval dans la nuit du 5 au 6, une relève à 141,
    nuit du 6 au 7). Dans la soirée du 5, à 16h30, les deux fils de liaison Authuille- 3è g-
    44ème Brigade-3è groupe, ont été coupés près du tortillard. Sabotage sans doute.
    Des spécimens de tronçon de fils coupés sont envoyés à AD22.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Journal du 3e groupe

    6 décembre 1914 " Le 3e groupe effectue un tir vers 15 heures - 7ème et 8ème batteries vérifient leurs faisceaux
    après autorisation de la 44ème Brigade".
    7 décembre 1914 ...........
    8 décembre 1914 "Tir de la 7ème batterie sur un rassemblement de 70 à 80 hommes à 500 m nord ouest de la
    Ferme du Mouquet. Tir observé et commandé du poste de commandement du groupe.
    Résultats obtenus : rassemblement dispersé".

    Journal du 35 RAC

    8 décembre 1914 " Installations de lignes téléphoniques entre Bouzincourt et 1er groupe et 3e groupe".
    9 décembre 1914 " Capitaine Parmentier rentre et commande la 3ème batterie".
    10 décembre 1914 " Tir de minenwerfer sur Bois d'Authuille. Le commandant Servignat malade est évacué".
    11 décembre 1914 " Tir sur les épaulements des minenwerfer par le 3e groupe.
    Résultats efficaces".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:13

    Je place ici des originaux de ces JMO pour illustrer de la difficulté ( parfois) de déchiffrer ces écritures venues d'un autre siècle et de soldats français qui ont honoré leur pays dans ce contexte d'horreur.




    JMO du 15 septembre au 5 octobre 1914


    ----------------------------------------------------------------------------------------

    Quand j'ai eu envie de parler du Capitaine De Lattre de Tassigny, en 1914, j'ai cherché aussi dans les JMO de son régiment de l'époque, en l' occurrence, le 12e Dragons, et j' y ai trouvé ce que l'on peut lire à son sujet, dans le topic qui lui est consacré.

    Et bien sûr, grâce à cela, on s'aperçoit que ce fût un grand guerrier avant d'être le grand général de 1944 et 45.

    En tout cas, merci à tous de suivre assidûment ce sujet.

    -------------------------------------------------------------------------------------
    Journal du 35 RAC
    12 décembre 1914 ...........
    13 décembre 1914 " Changement de position du 1er groupe. Passe sur rive gauche de l'Ancre, entre
    Albert et Aveluy".

    14 décembre 1914 " Etablissement des réseaux téléphoniques d'Artillerie".

    Journal du 3ème groupe
    9 décembre 1914 ........
    10 décembre 1914 " Une vérification de faisceaux de la 8ème batterie doit avoir lieu à 12h.
    A 14h30, le lieutenant observateur (de la côte 92) est pris sous un feu violent
    de minenwerfer, qui rend tout réglage et toute observation impossible.
    En même temps, des batteries de Thiepval à Pozières ouvrent le feu sur la côte 92.
    Le groupe déclenche un tir général, en arrière de 141 et de 92 (à 16h et 17h), contre
    des attaques allemandes".

    11 décembre 1914 " A 14h, repérage ( du revers ?) par la 8ème batterie, et tir sur l'emplacement présumé
    des minenwerfer.
    A 16h, le tir des minenwerfer recommence. La 8ème bat ouvre le feu sur l'emplacement
    repéré de ceux ci, et comme, en même temps, une attaque allemande se dessine, elle
    tire sur 92 avec ses trois autres pièces.
    L'attaque devenant plus importante, le groupe déclenche un tir de nuit".

    12 décembre 1914 " Tir de nuit à 23h30 contre attaque allemande".
    13 décembre 1914 ..........
    14 décembre 1914 " La 8ème batterie tire sur les trois meules, en incendie une.
    Les trois meules sont trois meules jointives, sur lesquelles on a pu voir des observateurs,
    on y soupçonne des mitrailleuses".

    --------------------------------------------------------------------------------------------------
    Journal du 35 RAC
    15 décembre 1914 .......
    16 décembre 1914 " Dans le secteur 22ème Division, 2 groupements.
    Commandant Bourguet : 4e gr du 28 RAC, 3e gr du 28, 1er gr du 35.
    Lieutenant colonel Juge : 2e gr du 28, 3e gr du 35.
    Hors groupement : 2e gr du 35 (Nord Ouest d'Albert)".
    Journal du 3e groupe
    15 décembre 1914 ......
    16 décembre 1914 " La 8ème batterie essaye d'incendier les deux autres meules. Tir de 10 h à 12h ".

    ----------------------------------------------------------------------------------------
    Journal du 35 RAC

    17 décembre 1914 " Attaque par Ovillers et la Boisselle - Préparation par l'Artillerie à partir de 5 h,
    à 6 h attaque, on prend le cimetière de la Boisselle. Devant Ovillers, pas de progrès".

    18 décembre 1914 " Nouvelle attaque sur la Boisselle, pas de progrès".
    19 décembre 1914 ............
    20 décembre 1914 ............

    Journal du 3è Groupe

    17 décembre 1914 " Attaque d'Ovillers La Boisselle par Division à 7h, le groupe exécute un tir de barrage
    sur 141".
    18 décembre 1914 ............
    19 décembre 1914 " Tir de la 8è batterie sur emplacement présumé de minenwerfer".
    20 décembre 1914 "Nouveau tir de la 8è batterie sur le minenwerfer.
    A 18 h tir de la 7è batterie sur Thiepval".


    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:15

    Journal du 35 RAC
    21 décembre 1914 " Le 3e gr du 35 repère sur la Boisselle, partie Nord Est ".
    22 décembre 1914 " La 7è batterie repère sur Ovillers".
    23 décembre 1914 ........
    24 décembre 1914 "Nouvelle attaque de la Boisselle - 3e gr et gr Lasne,tirent sur partie Nord Est de la Boisselle.
    Commencement de la préparation à 8h45.
    Le lieutenant Cadoret, commandant la section de mortiers, marche à l'avant avec l'Infanterie,
    il disparaît".

    Sur la page de gauche du carnet JMO du 3e Groupe du 35 RAC, est inscrit ceci.
    " Acte de disparition du lieutenant Cadoret Georges, né le 25 septembre 1888

    Le 24 décembre 1914, le lieutenant Cadoret, commandant la section de mortiers de 15 mm, était chargé
    d'appuyer l'attaque de notre infanterie sur la Boisselle. Installés dans nos tranchées avancées, les mortiers
    ne purent être utilisés.
    Au moment de l'assaut, le lieutenant Cadoret se porte à l'avant avec notre infanterie, après avoir ramené
    deux allemands prisonniers, le lieutenant Cadoret retourne en 1ère ligne, jusqu'à l'église de la Boiselle.
    Depuis, aucun des hommes qui l'avaient accompagné ne l'a revu. Personne n'a vu, touché, le lt Cadoret.
    Tout porte à croire que cet officier est tombé aux mains de l'ennemi".

    Journal du 3e Groupe
    21 décembre 1914 " A 8h, tir sur une pièce allemande par la 8è batterie.
    A 10h, tir sur mitrailleuses, tir à 11h sur le blockhaus, et réglage des trois batteries sur
    la Boisselle. A 23h, tir de la 9ème batterie sur Mouquet".
    22 décembre 1914 " Tir à 12h de la 8ème batterie sur minenwerfer.
    Tir de repérage de la 9è batterie vers tranchées sur 141, 92.
    Tir de la 9ème batterie à 20h30, sur Mouquet".
    23 décembre 1914 " A 14h, tir de la 8ème batterie sur minenwerfer, la 7ème règle son tir sur Ovillers".
    24 décembre 1914 " Toutes les batteries tirent sur la Boisselle, pour préparer une attaque de l'Infanterie,
    jusqu'à 8h50.
    De 8h55 à 9h même tir - 9h à 9h05 tir minutieux , allongé de 100 mètres.
    9h05, les batteries restent sur zone.
    A 14h30, l'officier orienteur, le Commandant Durand fait une reconnaissance à la côte 79
    près Bécordel pour trouver emplacement de batterie permettant de tirer sur batteries
    de Contalmaison.
    Le groupe reçoit l'ordre d'aller prendre position au petit jour - A 21 h, contre ordre".


    24 décembre, veille de Noël, mais tous ces hommes y pensent ils ? Ont ils pu faire une crèche ? Ils ont dû manquer à leurs familles. Et demain, vont ils se battre ?

    ---------------------------------------------------------------------------------------------

    Trois photos qui n'ont pas besoin d'explications complémentaires....






    Carte provenant des Archives Allemandes. Les n° d'unités (28e RD, R 121 & 119) sont ceux de division et régiments allemands.


    ------------------------------------------------------------------------------------
    Et nous voici à la première Fête de Noël de guerre.
    Journal du 35
    25 décembre 1914 ................
    26 décembre 1914 " Nouvelle attaque sur la Boisselle à partir de 15h54.
    Intervention du Groupe Lasne ". ( 28 RAC)

    Journal du 3e groupe du 35
    25 décembre 1914 " Tir 8ème batterie sur minenwerfer".
    26 décembre 1914 " Tir 8ème batterie sur minenwerfer".

    Après tout ce que l'on a entendu sur les fraternisations diverses entre les deux camps, ici, nulles écritures
    ne mentionnent cela, et pourtant, malgré le tir de la 8ème batterie, cela a semblé calme, mais rien ne prouve
    que c'était .....la magie de Noël.

    -----------------------------------------------------------------------------------

    Journal du 35
    27 décembre 1914 " Contre attaque allemande sur la Boisselle - Barrage du groupe Lasne.
    Nouvelle répartition de l'Artillerie;
    Groupement de Loustal : Lasne, Dion, Hornecker, 1 batterie Fritsch.
    Groupement de contre batterie : 35 RAC et 2 batteries Frisch.
    Sous les ordres du colonel commandant de l'Artillerie du CA".

    Les chefs de groupes cités sont du 28 RAC, second RA de l'AD22.
    28,29, 30, 31, ..................

    Journal du 3ème Groupe du 35.
    27 décembre 1914 " Une batterie allemande du 109e IR arrose l'emplacement du groupe".
    28 décembre 1914 " Tir de la 8eme batterie sur le minenwerfer à 14h et à 14h30".
    Tir de la 8ème batterie à 3h dans la nuit - minenwerfer, objectif".
    29 décembre 1914 " Tir de la 8ème batterie à 11h, sur blockhaus - Tir à 14h30, idem".
    30 décembre 1914 " Tir à 11h sur blockhaus - Tir à 17h30 à ravin 92 sur demande infanterie".
    31 décembre 1914 " Tir sur blockhaus à ravin 92".

    Difficile à comprendre l'expression ravin 92, ce même 92, étant une dénomination de côte, jusqu'à présent.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:16

    Les soldats tués au combat ou morts en ambulance ou à l'hôpital, en décembre 1914.

        LE MOUAL François Marie,  brigadier, né le 12 décembre 1878 à Calan (Morbihan)
                                            Mort pour la France le 3 décembre 1914 à l'Hôpital d'Amiens.

        CHEVRIER Pierre Julien Moïse, brigadier, né le 26 août 1893 à Bouin (Vendée).
                                             tué, Mort pour la France le 19 décembre 1914 à Albert.
       
        CADORET Georges, lieutenant, né le 25 septembre 1888 à Port Louis (Morbihan).
                                   disparu le 24 décembre 1914,à Ovillers la Boisselle, déclaré Mort pour la France.



    Source : Site de la Légion d'Honneur

     Une autre liste de noms de soldats tués et morts pour la France, trouvée plus tard, dans mes recherches .
     Tous sont morts depuis le début de la guerre.

       FURIC Pierre, maréchal des logis, né le 25 mai 1883 à Nantes (Loire Atlantique)
                                                     disparu le 27 août 1914 à Cheveuges ( Ardennes)
                                                     déclaré Mort pour la France.

      CLECH Auguste Yves Marie, maréchal des logis, né le 13 septembre 1891 à Carhaix (Finistère)
                                            tué, Mort pour la France le 2 septembre 1914 à Prosnes (Marne).

      LE RIDANT Marcel Joseph Marie, brigadier, né le 17 octobre 1894 à Nyalo (Morbihan)
                                               blessé, etMort pour la France en ambulance à Herbisse (Aube)
                                               le 7 septembre 1914.

      LE GOL Joseph, canonnier conducteur, né le 26 septembre 1887 à Bannalec (Finistère),
                                                 Mort pour la France le 7 septembre 1914 à Connantray (Marne)

      LE GALL Pierre Marie ,canonnier conducteur, né le 9 mars 1882 à Baud (Morbihan)
                                                 Mort pour la France le 8 septembre à Lenharée (Marne).

      CHEMILLE Nicolas, canonnier conducteur, né le 23 novembre 1891 à Quimperlé ( Finistère)
                                                 Mort pour la France le 8 septembre 1914 à Montépreux (Marne).
     
      JOBART Pierre Aimé, brigadier, né le 1 juillet 1884 à Bourg sous La Roche sur Yon (Vendée)
                                                 Mort pour la France le 12 septembre 1914 à Sacy (Oise).

      LE GUILLOU René       canonnier conducteur, né le 22 août 1893 à Briec ( Finistère)
                                     Mort pour la France à l'Hôpital de Bordeaux le 17 septembre 1914.

      BILLAUD Maurice Georges Henri, canonnier conducteur, né le 27 novembre 1893 à Fontenay le Comte (Vendée)
                                        Mort pour la France le 20 septembre 1914 à l'Hôpital de Montargis (Loiret)

      COSSE Marcel Marie Emilien, sous lieutenant, né le 9 mai 1891 à Nantes (Loire Atlantique).
                                      Mort pour la France le 1er octobre 1914 à l'Hôpital de Melun.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 26
    Date d'inscription : 02/12/2017

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Admin le Sam 2 Déc - 20:18

    Je voudrais ajouter un complément d'information sur le Lieutenant Colonel Pierre de Loustal.

    Il est né le 24 mars 1858 à Paris. A la mobilisation, il est commandant adjoint du 28e RAC de la 22ème Division au sein du XIème Corps d'Armée. Le 13 octobre 1914, il a pris le commandement de l'Artillerie du CA.

    D'après le site de la Légion d'Honneur, il aurait servi au 35 RAC. Il est décédé en 1930.

    C'est une info qui m'a été transmise par le colonel Michel Sauvée, membre d'honneur de l'Amicale du 35e RAP.

    --------------------------------------------------------------------
    Arrivant en fin 2014, et par le fait même de la commémoration de 1914, j'ai trouvé un texte d'hommage aux innombrables Soldats bretons et vendéens, qui combattaient dans la 22ème Division, au sein du XIème CA, tout comme le 35 RAC. Et comme à Maissin, en Belgique, un calvaire breton a été érigé à Ovillers.

    Passant, recueille-toi devant le sacrifice de tous ces jeunes hommes MORTS POUR LA FRANCE.




    Source : Centenaire des combats d'Ovillers

    -----------------------------------------------------------------------------

    Journal du 35
    1 janvier 1915 " Reconnaissance de positions d'artillerie 2 lignes".
    2 janvier 1915 " Suite de la reconnaissance".
    3 janvier 1915 " Nouvelle organisation des secteurs ; Colonel de Mac Mahon ; Thiepval, route Ovillers - Aveluy.
    Général Boutaud de la Villéon, de cette route à Méaulte.
    Artillerie 35e et 28e sous ordres colonel AD22, sous ordres commandant l'Artillerie du CA".

    NB : Marie Armand Patrice de Mac Mahon, 2ème duc de Magenta, fils aîné du Maréchal et ancien Président
    de la République.
    Il est à ce moment colonel, commandant la 43ème Brigade.

    Général Guy Boutaud de la Villéon, commandant de la 44ème Brigade.

    Journal du 3e groupe du 35
    1 janvier 1915 " Tir 9è batterie sur 2 pièces de 77 signalées au sud de côte 136.
    Reconnaissance du commandant Durand pour prise de position d'artillerie en 2 éme ligne".
    2 janvier 1915 " Tir 8è batterie , réglage d'obus nouveaux ( ?) à 14 heures.
    Tir 9è batterie sur haie du ravin 92".
    3 janvier 1915 " Tir 9è batterie sur haie de ravin 92 ( 77) à 10 heures. Tir sur blochkaus à 14 heures.
    Mdl Bily évacué".

    --------------------------------------------------------------------------

    " Le 1er Janvier 1915 Citation à l'Ordre du Corps d'Armée Maréchal des logis Royer.

    "Il s'est signalé à plusieurs reprises comme observateur dans les tranchées de 1ère ligne, par un mépris
    du danger et son zèle à recueillir de renseignements intéressants sur l'ennemi et sur le tir, notamment les
    10 et 11 décembre, a porté le canevas des plus divers au lieutenant orienteur, sous un feu violent des
    minenwerfer".

    On reste dans le 3e groupe
    4 janvier 1915 " Tir à 20 h de 8è batterie sur blockhaus".
    5 janvier 1915 ............
    6 janvier 1915 " Le commandant du groupe étudie une position pour contre batteries, de Pozières à Contalmaison.
    Prend la mission du groupe Mingin. Position à 1 Km ouest du 1 de 106".

    Journal du 35
    4 janvier 1915 ..........
    5 janvier 1915 .......... 6 janvier 1915 ............

    Contenu sponsorisé

    Re: - Les 100 ans du 35e Régiment d’Artillerie de Campagne

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 13 Nov - 5:23